Fondation Comité de Solidarité avec les Prisonniers Politiques (CSPP)

Créé en 1973, le Comité de Solidarité avec les Prisonniers Politiques (CSPP) est une des plus anciennes et importantes ONG de défense des droits humains en Colombie. Il est composé d’une formidable équipe d’avocats et de spécialistes des droits humains dévoués à la défense et à la protection des victimes de la violence sociopolitique en Colombie (communautés, organisations sociales, personnes, etc.). Sa mission est de :

  • Contribuer au débat sur le système de justice colombien et de travailler à la construction d’un Etat respectueux des droits de l’Homme, de la démocratie, de la justice sociale et de la paix.
  • Promouvoir le respect des droits fondamentaux des communautés, des organisations sociales, des victimes de la violence sociopolitique en Colombie et des personnes incarcérées.

Avec un siège principal à Bogota et six bureaux régionaux travaillant quotidiennement auprès des communautés et des détenu-e-s, son action se déploie sur l’ensemble du territoire national. Les bureaux sont situés dans les départements suivants : Valle, Antioquia, Tolima, Atlantico, Cundinamarca, Santander. Chaque bureau local est composé d’un responsable salarié et d’une équipe de 10 à 25 personnes, ainsi que d’un groupe de soutien de 5 à 10 personnes. La plupart d’entre elles sont bénévoles et souvent déléguées d’organisations sociales, syndicales ou étudiantes. Chaque bureau fonctionne selon un mode participatif et horizontal, en réalisant régulièrement des assemblées qui permettent de discuter du développement des projets. L’assemblée générale des délégué‐e‐s est la plus haute instance décisionnelle de la fondation. Elle se réunit chaque année pour définir les axes de travail et élire la direction nationale, formée de cinq personnes.

Que fait la Fondation?

  • Assistance humanitaire et juridique aux détenu‐e‐s politiques et de droit commun (amélioration des conditions de détention, accès à l’eau, à la nourriture, victimes de torture et mauvais traitements en prison, etc.);
  • Défense juridique, par devant les instances nationales et internationales (Commission interaméricaine des droits de l’Homme (CIDH), OEA système onusien), des victimes de la violence sociopolitique, membres d’organisations sociales et de communautés locales ;
  • Formation en matière de droits humains en général, et en matière juridique et organisationnelle en particulier, auprès des communautés locales et organisations sociales, ainsi que des personnes incarcérées ;
  • Travail de recherche, de documentation et de diffusion d’informations en matière de justice, de politique criminelle et carcérale, de violations des droits humains et du droit international humanitaire ;
  • Dialogue avec les autorités étatiques (gouvernement, organes de contrôle, parlement, autorités pénitentiaires) et les organisations internationales (Haut‐Commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU, ambassades, etc.) ;
  • Création de réseaux et d’alliances avec d’autres ONG nationales et internationales (Coordination Colombie‐Europe‐Etats‐Unis, Mouvement national des victimes de crimes d’Etat (MOVICE), Coalition colombienne contre la torture, etc.).

    La Fondation traite en moyenne 750 plaintes ou dénonciations par an, individuelles ou collectives, pour des cas de violations des droits humains, dont environ 400 cas de personnes en prison.

Comme la plupart des ONG de défense des droits humains en Colombie, le CSPP fait l’objet de persécutions, mais poursuit néanmoins sa mission. Il a reçu le Prix des droits de l’Homme de la République française en 1999. Son actuel président, Franklin Castañeda, a été distingué par l’Organisation mondiale contre la torture dans sa sélection de 10 portraits de défenseurs des droits humains dans le monde – 2012

Pour plus d’informations:

Mouvement des victimes de crimes d’Etat (MOVICE)

Le MOVICE est un réseau national d’organisations sociales et communautaires et de personnes victimes de crimes contre l’humanité et de violations graves des droits humains commis par les forces étatiques et/ou les groupements paramilitaires. Le MOVICE fédère plus de 200 organisations sociales sur l’ensemble du territoire colombien.

Plus d’information: Site internet

« Defender la libertad : asunto de todos » (Défendre la liberté : l’affaire de toutes et tous)

Campagne contre les détentions arbitraires, la persécution judiciaire et la criminalisation des mobilisations sociales en Colombie

La campagne regroupe plusieurs organisations sociales, syndicales et de défense des droits humains, des familles et des victimes de différentes types de détentions arbitraires. Elle cherche à agir face à l’usage arbitraire du système pénal exercé contre les manifestants et les secteurs d’opposition (organisations syndicales, étudiantes, communautaires, etc.). Elle est née dans le cadre de la rencontre nationale des victimes de détentions arbitraires, abus du système pénal et criminalisation des mobilisations sociales, qui a eu lieu en décembre 2012.

Le CSPP ainsi que le MOVICE font partie des organisations participant à cette campagne.

Plus d’informations: Site internet

Share On

Association Turpial Case postale 3215 1211 Genève 3
association.turpial@gmail.com