ACTIVITES EN SUISSE

Évènements et actualités en lien avec la situation des droits humains en Colombie

Ser lider social no es un delito_ Suite l'arrestation arbitraire du leader social Jose Murillo, défenseur des droits humains dans le département d'Arauca, Turpial a signé avec des dizaines d'autres associations et organisations sociales un communiqué de protestation. Comme beaucoup d'autres leader sociaux, M.Murillo est arrêté sans preuve et probablement sera maintenu en détention jusqu'à son procès.

 

PDF icon Comunicado Jose Jorge AC121219.pdf
, ,

Depuis le 21 Novembre, la population colombienne est dans la rue protestant contre de nouvelles réformes libérales, la non application des accords de paix avec les Farcs et les assassinats de militant-s politiques. Depuis le 21 novembre la mobilsation ne s'est pas arrêtée malgré la très forte répression.

Mardi 10 décembre à 18h, une manifestation en soutien aux luttes des différents pays d'Amérique latine aura lieu à Genève.

vidéo de la manifestation à Genève

En attaché vous trouverez :

une interview donnée par une membre de Turpial au journal Le Courrier,
ainsi que la déclaration co-sigée par la Plateforme Suisse-Colombie (dont fait parti Turpial) et l'OMCT (Organisation Mondiale contre la Torture) protestant contre la très forte répression envers les manifestant-es.

voici quelques articles en français sur la mobilisaton en colombie :

https://renverse.co/Greve-generale-en-Colombie-2325

http://www.lapluma.net/fr/2019/11/29/colombia-es-un-volcan-social-en-ebullicion/

interview dans le courrier du 29 novembre 2019

PDF icon Le Courrier_interview Colombie_29.11.2019.pdf

La 21ème édition du Festival FILMAR en América Latina se déroulera du 15 novembre au 1 décembre 2019 à Genève.

Turpial est à nouveau partenaire de ce magnifique festival. Le samedi 23 novembre nous accompagnerons la projection du doumentaire Modelo estereo, qui suit un groupe de prisonniers à Bogota.

Le festival sera une fois de plus riche et passionant : fictions, documentaires, restrospectives... Réservez vos deux semaines pour assister aux projections !

Programme complet sur le site : http://filmaramlat.ch/

Notre partenaire local, le Comité de Solidarité avec les Prisonniers Politiques, est actuellement l'objet de menaces de la part de M. Uribe, ex président de la République Colombienne.

Ce dernier accusé de lien avec des paramilitaires accuse le CSPP d'avoir payé un des témoin à charge contre M. Uribe.

Cette accusation est très grave juridiquement, politiquement et elle fait peser sur le CSPP et ses membres de sérieuses menaces physiques.

Turpial a signé une carte de soutien, comme membre de la Plateforme des ONG suisses pour la Colombie. en pdf joint.

voici une interview, en espagnol, de Franklin Castañeda préseident du CSPP qui explique la situation et répond aux attaques de l'ex-président Uribe.

PDF icon Colombia_2019.10.24_Carta Abierta Apoyo CSPP(1).pdf

Jeudi 19 septembre à Bongo Joe, Place des Augustins 9, genève,

Discussion et concert

à l'occasion de la tournée de Martin Batalla ex guérillero des Farcs, et parallèlement à l'occasion de la venue en Suisse de Franklin Castañeda président du CSPP nous vous invitons à :

une soirée concert rap colombie et discussion

Martin Batalla parlera des initiatives des ex-guérillerxs après les accords de paix entre le gouvernement colombien et les Farcs-EP
Franklin Castaneda, président du Comité de Solidarité avec les Prisonniers Politiques (CSPP) sera aussi présent et parlera de la situation plus générale du pays après les accords de paix.

discussion 18h30
concert 20h

Martin Batalla : https://www.youtube.com/watch?v=z7HWVQVAARE

Interview en français de Veronica Lopez dans le journal marseillais CQFD.

Veronica Lopez était à Genève au mois de juin, nous avions organisé une conférence avec elle le 11 juin.

Le site  du journal CQFD

L'interview en pdf est en pièce attachée

 

PDF icon leadeurssociaux.pdf

Voici un 4 pages sur le thème de la répression du mouvement social en Colombie, réalisé à l'occasion de la conférence de Veronica Lopez .

PDF icon serlider brochure turpial.pdf

à 18h30

Conférence de Veronica Lopez memebre du CSPP, notre partenaire local, sur le thème de la répression du mouvement social en Colombie.

La discussion sera suivie d'un repas,

puis à 21h concert de groupes colombiens avec le groupe rap A la intemperie, puis le groupe punk Polikarpa y sus viciosas

A l'Ecurie, rue de Montbrillant 14.

Dénonciation d'organisations de défense des droits humains réunies à Bruxelles.

  • Le gouvernement d’Iván Duque viole l’engagement pris par l’État colombien en ne mettant pas intégralement en œuvre l’Accord de paix.
  • En 2018, un leader communautaire ou militant des droits humains a été assassiné toutes les 48 heures.
  • Ces huit derniers mois, les massacres, homicides et déplacements forcés de population ont augmenté.

Bruxelles, le 4 avril 2019. Plus de 75 représentants de la société civile colombienne, européenne et internationale se réunissent à Bruxelles ces 4 et 5 avril pour analyser la situation des droits humains en Colombie et lancer un cri d’alarme à l’Union européenne et l’ensemble des États européens face aux graves manquements constatés dans la mise en œuvre de l’Accord de paix signé entre le gouvernement colombien et les FARC-EP.

Cette rencontre internationale, qui représente plus de mille organisations et mouvements sociaux travaillant en et pour la Colombie, a été organisée par le Bureau International des Droits Humains – Action Colombie (OIDHACO), ainsi que ses trois plateformes partenaires en Colombie : la Plateforme Colombienne des Droits Humains, Démocratie et Développement, l’Alliance d’Organisations Sociales et Associées pour une Coopération Internationale pour la Paix et la Démocratie en Colombie, et la Coordination Colombie – Europe – États-Unis (CCEEU).

Les participants à cette rencontre s’accordent sur le constat suivant : depuis son arrivée au gouvernement, le président Iván Duque n’a pas fait preuve d’une volonté suffisante pour mettre en œuvre l’Accord final de paix. En effet, les politiques publiques qu’il propose en matière de réforme agraire, substitution de cultures illicites et droits des victimes du conflit armé, tout comme le Plan national de développement, sont contraires et rétrogrades par rapport aux termes de l’Accord, et mettent dès lors en danger la construction de la paix en Colombie.

 

PDF icon CdP rencontre internationale Paix Colombie_.pdf

Communiqué publié après 16 jours de la mobilisation indigène au printemps 2019

25 mars 2019

depuis 16 jours les communautés autochtones et paysannes du sud-ouest du Cauca sont en grève et bloquent les autoroutes principales qui relient le Sud-Ouest. Ils ont fait appel aux organisations nationales et internationales pour dénoncer l'intensifacation des violations des droits humains à leur encontre : usage d’arme à feu contre les manifestants, la destruction de campements et biens matériel par l'escouade anti-émeute, on compte déjà une vingtaine de blessés (la plupart résultant des tirs directs de bonbonnes de gaz lacrymogènes), plusieurs dizaines de détenus et une dizaine de morts : un policier par balle alors que l'armée tirait, et 9 gardes autochtones dans la municipalité de Dagua où les autorités des peuples, entre autre,  Waunan, Nasa et Embera se sont réunies en assemblée dans ce territoire autochtone dit Juntas, afin de répondre logistiquement à l’arrivée de plus de 5000 personnes des territoires de l’Ouest résolues à se joindre aux mobilisations. Vers 3h de l’après-midi une explosion a eu lieu peu après  cette réunion, causant la mort de 9 personnes et blessant gravement 3 membres de la garde autochtone.

 CE QUE LA MINGA RÉCLAME :

 Que le gouvernement réponde et remplisse ses promesses en regard de plus de 1 300 accords signés avec les peuples autochtones, qu'il respecte les accords de paix signés avec la FARC-EP, qu'il rétablisse les négociations entre l’ELN, que cesse les assassinats à l’encontre des personnes qui luttent pour la paix en Colombie: les défenseurxs des droits humains, les leaderxs sociaux et de tout autre secteur social en luttent pour cette même cause, et finalement que le gouvernement respecte les accords signés dans le Plan de développement national du chapitre autochtone.

 Les communautés réitèrent qu’ils ne sortiront pas des points de mobilisations tant et aussi longtemps que le président Duque ne vienne à leur rencontre.

 

 https://www.cric-colombia.org/portal/nos-duele-dagua-valle/

 

PDF icon SOS CAUCA 26-03-2019 - firmas orden 815am.pdf

Páginas

Share On

Association Turpial Case postale 3215 1211 Genève 3
association.turpial@gmail.com