ACTIVITES EN SUISSE

Évènements et actualités en lien avec la situation des droits humains en Colombie
,

Colombie: l'accord de paix à l'ombre des élections

Table ronde - Jeudi 12 avril à 18h, à Fribourg (locaux COMUNDO, Rue des Alpes 44)

L’ONG Peace Brigades International organise, en partenariat avec l’ONG COMUNDO, une table ronde sur la mise en œuvre des accords de paix en Colombie.

Cette soirée comptera avec la présence de Erika Gómez, directrice de la Comisión Permanente para la defensa de los Derechos Humanos et défenseuse des droits humains en Colombie, de Yina Lucia Avella Bruges, coopér-actrice de COMUNDO en Colombie, qui travaille sur la défense du territoire et les peuples indigènes et Julie de Dardel, spécialiste de la Colombie et membre du comité fe Turpial.

La table ronde sera modérée par Jacques Berset.

Entrée libre!

Informe sobre la misión de observación de la Alcaldía de Ginebra en el marco del proceso de paz en Colombia

Este informe relata la misión de observación del proceso de paz en Colombia por parte del Alcade de Ginebra, Rémy Pagani, y de su delegación, llevada a cabo en agosto del 2017.

Esta misión fue organizada en Suiza en estrecha colaboración con la asociación Turpial. Las organisaciones colombianas que prepararon la agenda de la misión y la logística de la misión fueron el Comité de Solidaridad con los Presos Políticos (CSPP), la Coordinación Colombia-Estados Unidos (CCEEU), y la Comisión de Paz del Senado, en particular el equipo del Senador Ivan Cepeda. La misión benefició también en sus visitas en distintas regiones de Colombie del acompañamiento y del apoyo logístico del CICR y del Alto Comisionado por los DDHH de las Naciones Unidas.

Este informe está disponible también en francés (ver abajo en la presentación del libro "La Colombie vers la paix. Rencontres et réflexions sur le terrain.").

PDF icon Informe_Colombia_Alcaldia_de_Ginebra_2017.pdf

Un livre sur la mise en œuvre du processus de paix en Colombie.

"La Colombie vers la paix. Rencontres et réflexions sur le terrain." (Rémy Pagani, Marie de Genève, Editions du CETIM, 2018)

Invité à se rendre en mission sur place par la Commission de paix du Sénat de la République de Colombie et la Coalition Colombie-Europe-États-Unis pour visiter le processus de paix en cours, le Maire de Genève Rémy Pagani fait dans ce livre le point sur l’état de sa mise en œuvre. L'ouvrage reprend le Rapport sur la Mission d’observation de la Mairie de Genève dans le cadre du processus de paix en Colombie (août 2017) - téléchargeable en français ci-dessous - et est assorti d'un carnet de voyage.

La mission du Maire de Genève et de sa délégation a été organisée en Suisse en étroite collaboration avec l’association genevoise Turpial, qui consacre son action à la défense des droits humains et des libertés en Colombie. Les parte­naires colombiens qui ont préparé le programme de la mission et assuré l’organisation logistique de cette der­nière sont le Comité de solidarité avec les prisonniers poli­tiques (CSPP), la Coordination Colombie-Europe-États-Unis (CCEEU), ainsi que la Commission de paix du Sénat et en particulier l’équipe du Sénateur Ivan Cepeda. La mission a également bénéficié de l’accompagnement et du soutien logistique du CICR et du Bureau du Haut-Com­missariat aux droits de l’homme des Nations Unies lors de ses visites dans les différentes régions de Colombie.

Le livre peut être obtenu pour le modique prix de 11.- francs sur le site du CETIM: ACHETER LE LIVRE.

Plus d'informations sur le site de la Ville de Genève.

 

Compte-rendu de lecture

La Colombie vers la Paix, rencontres et réflexions sur le terrain. Rapport sur la Mission d’observation de la Mairie de Genève dans le cadre du processus de paix en Colombie (août 2017)

Présenté sous forme d’un livre « poche » bilingue français-espagnol, ce rapport constitue avant tout un témoignage original sur le processus de paix en cours en Colombie. Le maire de Genève, Rémy Pagani, est certes un élu municipal de la gauche genevoise, mais il a également été durant de nombreuse années un militant de mouvements d’habitants en lutte contre la spéculation immobilière et la gentrification, puis un responsable syndical pugnace. Au sein de la « gauche de la gauche » genevoise il constitue à sa façon une exception : malgré l’exercice d’une politique très proche des milieux populaires, il se fait un point d’honneur d’exercer dans un exécutif et pas uniquement en tant que tribun dénonciateur d’injustices. C’est ce pragmatisme engagé au niveau local, couplé à une fraîcheur de vue sur les questions latino-américaines (qu’il ne connaissait pas avant ce voyage) qui rend son témoignage accessible et intéressant pour des personnes n’ayant pas nécessairement développé une culture politique cosmopolite, si caractéristique de l’altermondialisme des années 1990 – 2000.

Sans en faire un cheval de bataille ou une clé de lecture dans cet ouvrage, Pagani développe un point de vue forgé par sa pratique « municipaliste » ancrée sur les stratégies de la gauche radicale suisse : une pratique permanente de la démocratie semi-directe pour « équilibrer » des rapports de force institutionnels au niveau législatif et exécutif, souvent verrouillés par des pratiques cartélaires entre partis « de gouvernement », réunis par une vision néolibérale. En ce sens, son point de vue fait écho à un des enjeux principaux du processus de paix colombien et plus généralement des débats constitutionnels latino-américains : l’exercice de formes de démocratie directe (prévues par la Constitution colombienne, mais peu viables jusqu’ici en raison du conflit armé) sur des questions précises relatives notamment à l’usage des ressources naturelles en milieu rural, plus spécifiquement dans le cas présent l’exploitation minière et l’hydroélectricité.

Par ailleurs, l’ouvrage montre le caractère stratégique (bien que symbolique) de la visite du Maire de Genève, ville dépositaire des Conventions éponymes, dans un contexte d’insécurité persistante pour les partenaires de la coopération au développement de la municipalité genevoise et leurs alliés. La Mission a, en effet, permis des échanges avec le Ministre de l’Intérieur du la Colombie, des présidents des chambres parlementaires, avec les « Chargés de paix » des guérillas, mais également avec le responsable du CICR et du Haut Commissariat aux droits de l’homme des nations Unies, deux institutions basées à Genève.

La forme éditoriale de l’ouvrage est par ailleurs très originale : bilingue (français – espagnol) il réunit les deux versions du même texte autour d’un feuillet photographique central. Cette forme traduit bien le double propos du livre : aux francophones, offrir un témoignage et une vision du rôle que peuvent jouer les élus locaux et le gouvernements municipaux européens en soutenant des processus de construction de « paix juste » au sein de pays ravagés par l’héritage colonial ; aux hispanophones (plus particulièrement la société colombienne), montrer que leur réalité est suivie avec attention et intérêt depuis la ville dépositaire des Conventions de Genève et que les initiatives, les solutions, mais aussi les crimes que commettent (ou tolèrent) encore aujourd’hui certains acteurs colombiens ne laissent personne indifférent.

Louca Lerch, Responsable de Programme Fondation Ch. Léopold Mayer

Lausanne, 09.04.2018

 

PDF icon Rapport_Colombie_Mairie_de_Geneve_2017.pdf

19ème Festival FILMAR en América Latina

Cette année à nouveau Turpial est partenaire du magnifique Festival FILMAR en América Latina qui se déroulera du 17 novembre au 3 décembre 2017.

Pour cette 19ème édition et comme chaque année, projections, rencontres et soirées mettront les cultures d'Amérique du Sud à l'honneur ! Une centaine de fictions et documentaires, dont les Compétitions «Coups de cœur» et «Premiers films», une rétrospective Patricio Guzman, ainsi qu'un concert et des films autour de la chanteuse Violeta Parra, vous attendront sur les écrans genevois et de France voisine, pour un voyage passionné et engagé à travers la diversité esthétique et culturelle de l’Amérique latine.

Découvrez le programme complet dès le 31 octobre, ainsi que les informations utiles sur www.filmar.ch !

,

"La paix en Colombie, et après?"

En partenariat avec la Ville de Genève, Terre des Hommes organise une table ronde sur la situation à Buenaventura (Valle del Cauca, Colombie), le lundi 16 octobre à 18h30; l’occasion de donner la parole en public aux personnes venues de Colombie, et de sensibiliser une audience plus large aux réalités quotidiennes de cette région.

Cette soirée sera introduite par une allocution du Maire de Genève, Rémy Pagani, et de Jean-Pierre Gontard, négociateur suisse très impliqué dans le processus qui a mené au premier accord de paix en Colombie en 2016.

L'association Turpial a été mandatée pour organiser et accompagner au mois d'août 2017 une mission d'observation du processus de paix et de la situation des droits humain en Colombie du Maire de Genève, Rémy Pagani. Cette mission, qui s'est extrêmement bien déroulée, a déjà eu un certain écho dans la presse genevoise. Le rapport de la mission est actuellement en cours d'élaboration et sera prochainement disponible pour consultation.

En attendant, un premier compte-rendu de cette mission sera dévoilé le jeudi 28 septembre, dans le cadre de la session d'ouverture du séminaire international "Aménager le territoire pour promouvoir la paix en Colombie" (https://ti.to/territoiresetpaix/seminaire-2017/en) à l'Université de Genève, à laquelle le Maire de Genève a été invité à intervenir, afin de commenter notre mission, aux côtés d'autres conférenciers suisses et colombiens.

Cette session d'ouverture intitulée « Comment construire la paix au cœur des territoires urbains et ruraux en Colombie ? » a lieu le jeudi 28 septembre à 18h à la salle MR070 à Unimail (Genève).

Vers une paix partielle en Colombie

Article de Christophe Koessler parru dans le Courrier du 15 septembre 2017.

Si les organisations de la société civile de ce pays saluent les accords de paix du gouvernement avec les FARC, signés à la fin de l’année dernière, et se réjouissent du cessez-le-feu décidé la semaine dernière avec l’ELN, l’autre rébellion armée, elles soulignent qu’enterrer la hache de guerre avec les guérillas ne sera pas suffisant. Elles réclament une réforme politique et sociale d’ampleur pour en finir avec la violence institutionnelle et criminelle.

Cet article se termine par une interview de Rémy Pagani, Maire de Genève, invité en août dernier par le Sénat colombien à observer l’application du processus de paix en Colombie et qui a effectué une tournée dans le pays, organisée par Turpial. Le magistrat a pu observer la reddition des armes de la guérilla des FARC dans le département du César et a aussi visité nombre de projets soutenus par la Ville de Genève en matière de développement, de droits humains et de promotion de la paix dans tout le pays. S’il souligne les obstacles à la fin du conflit armé, Rémy Pagani se réjouit de la vigueur et de la détermination de la société civile.

PDF icon Colombie_Vers une paix partielle_15.09.2017.pdf

Le fol espoir d’un retour à la terre

Article de Christophe Koessler parru dans le Courrier du 20 mai 2017.

En Colombie, une loi permet aux autorités de restituer les terres aux paysans spoliés. Mais son application tarde à venir. L’association genevoise Turpial soutient le processus. Reportages.

PDF icon Colombie_Espoir retour terre_19.05.2017.pdf

Menaces à l'encontre de Marylen Serna, porte-parole du Congrès des Peuples (Congreso de los Pueblos)

L'Association Turpial dénonce fermement les graves menaces qui pèsent sur la dirigeante sociale Marylen Serna (que Turpial avait eu l'occasion d'inviter lors d'un cycle de conférences en Suisse romande en octobre 2012 - voir ci-dessous) et sur les personnes de sa famille et de son entourage. Nous dénonçons également les très graves actes commis à l'encontre d'une femme proche de Marylen Serna qui a été séquestrée et violée, dans le but d'obtenir des informations sur la dirigeante sociale, de l'intimider et de la dissuader de poursuivre son travail au sein du mouvement social colombien. 

Nous appelons l'opinion publique à prendre position contre les actes de violences psychologique, physique et sexuelle, dirigés contre les femmes engagées dans les mouvements sociaux et qui défendent les droits humains en Colombie.

Plus d'informations: lire le communiqué joint (en espagnol).

PDF icon Comunicado denuncia MARYLEN SERNA_11.4.17.pdf
,

Rencontre et discussion sur la situation des droits humains en Colombie, le jeudi 30 mars à 18h30 à la Maisons des Associations (salle Thomas Sankara).

Recrudescence des violences et assassinats à l'encontre des leaders communautaires et membres d'organisations sociales en Colombie: risques et défis de l'implémentation des accords de paix en Colombie.

Cette rencontre aura lieu en présence de Franklin Castañeda, Président de la Fondation Comité de solidarité avec les prisonniers politiques (CSPP) - partenaire local des projets que Turpial soutient en Colombie - et récemment nommé délégué de la Commission nationale des garanties en matière de sécurité (CNGS), dirigée par le président colombien Juan Manuel Santos, dans le but de démanteler les organisations criminelles issues du paramilitarisme, responsables de crimes contre les organisations sociales et qui mettent en danger la mise en place des accords de paix .

Ce sera l'occasion de parler de la situation des droits humains, en particulier des assassinats massifs de militant.e.s en Colombie (actuellement un tous les trois jours) et de la persécution judiciaire dont ils sont victimes, dans un contexte d'accord de paix avec les guérillas.

Páginas

Share On

Association Turpial Case postale 3215 1211 Genève 3
association.turpial@gmail.com