Pour la défense des droits humains et des libertés en Colombie

Nouvelle procédure judiciaire contre une leader social

Erika Isabel Prieto Jaime est visée par un mandat d'arrêt, émis d'après des accusations fondées sur une "source humaine" et des rapports de renseignements de l'armée nationale colombienne. Elle est actuellement réfugiée chez des communautés avec lesquelles elle fait un travail de défense des droits humains . Elle attend pour aller au bureau du procureur, que des garanties lui soit fournies : "que les droits fondamentaux de liberté et de présomption d'innocence soient respectés, que le procès soit équitable et que la détention préventive ne soit pas abusive".

Le communiquée officiel et une recherche de signatures de soutien :

https://www.congresodelospueblos.org/denuncia-erika/

Rapport sur la criminalisation du mouvement social en Colombie

Notre partenaire local le CSPP a publié un rapport sur la criminalisation des personnes qui défendent les droits humains en Colombie. Ils observent par exemple que 74% de ces cas sont liés à des enjeux de préservation du territoire.

"La Colombie est l’un des pays les plus dangereux au monde pour les personnes  qui  défendent  les  droits  humains.  L’augmentation  des  attaques  et  des atteintes à la vie, à l’intégrité physique et à la liberté des défenseur(e)s est alarmante. Depuis 2012 jusqu’à ce jour, il y a eu en moyenne 33,5 menaces par mois contre des défenseur(e)s, 3,5 attentats, 7 défenseur(e)s tué(e)s11 et 3 cas de poursuites judiciaires12.La criminalisation par l’utilisation abusive du droit pénal est une des formes d’agressions, d’attaques et d’obstacles que rencontrent les défenseur(e)s en Colombie, mais elle est souvent occultée."

Le pdf est téléchargeable ici. Les pages 17 à 23 proposent un résumé analytique en français.

Ici, vous trouverez le rapport sous forme d'une infographie très bien faîte et très récemment mise en ligne.

Share On

Association Turpial Case postale 3215 1211 Genève 3
association.turpial@gmail.com